J’ai cherché l’adresse d’un ancêtre et …

Il y a quelques semaines, je vous parlais de ma sortie en famille dans le Vieux-Montréal. Nous avions parcouru de magnifiques rues et vu des superbes points de vue. Nous étions surtout partit à la découverte de la rue St-Vincent afin de parcourir la rue ou Élie Legros dit St-Laurent a habité en arrivant en Nouvelle-France.

Y découvrant qu’il ne restait que deux ou trois habitations datant du régime français, la curiosité de savoir si c’était une de ces dernières maisons était forte.

old-letters-436501_1920-1

À notre retour à Québec, j’ai contacté par courriel les archives de Montréal afin de découvrir quelques indices à ce sujet. Rapidement, la journée même en fait, j’ai reçu une réponse. Malheureusement, les rôles d’évaluation ne commencent qu’en 1847 et je cherche de l’information pour le 18e siècle. Cependant, durant l’année 2017, les rôles d’évaluation seront numérisés et mis en ligne. Peut-être pourrais-je trouver quelques choses concernant les descendants d’Élie s’ils y sont restés quelques générations.

Je contacte ensuite le centre de service du Vieux-Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec afin de leur poser la même question. J’ai reçu une réponse hier après-midi.

Malheureusement, ils n’ont rien pu dénicher qui aurait pu m’aider à situer plus exactement la maison d’Élie Legros. Mais, ils m’ont quand même fait parvenir la transcription de deux actes notariés concernant l’ancêtre Legros et confirmant qu’il demeurait sur la rue St-Vincent.

Les deux actes datent du 12 septembre 1757 et concerne le transport de sommes d’argent par Élie Legros décrit comme étant bourgeois. Le premier pour une somme apportée à Marie-Josèphe Le Moine dit Monière (veuve d’Alexis Le Moine dit Monière qui était un riche marchand mais aussi fille de Charles de Couagne, maître d’hôtel et commerçant de fourrures),  sur la rue Notre-Dame. Le deuxième pour une somme apporté à Pierre Ondoyer dit Duschesne de la Ville d’Angoulême pour Messire Dros, l’archiprêtre de Goust en Périgord. Élie vient lui-même du Périgord mais je ne sais pas si ce transport d’argent avait un lien.

musee-15-sols-1670-2-1
Nouvelle-France, Louis XIV, pièce de 15 sols, 1670, Collection nationale de monnaies, Banque du Canada

Je ne sais toujours pas ou sur la rue St-Vincent habitait Élie Legros mais j’en connais maintenant un peu plus sur ce qu’il faisait en Nouvelle-France après sa carrière militaire. Qui sait ce que l’avenir nous réserve, je trouverai peut-être d’autres documents d’archives ailleurs qui pourraient me donner des indices.

C’est à suivre !

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s