Comment une rivière peut changer le visage d’un village l’espace de quelques semaines ou les crues printanières à Sainte-Lucie-de-Beauregard dans les années 90

Comme plusieurs municipalités du Québec, mon village natal, Sainte-Lucie-de-Beauregard est traversé par une rivière. Une belle rivière, la rivière Noire-Nord-Ouest, qui fait aujourd’hui partie du Parc régional des Appalaches.

L’été, elle semble tranquille.

Rivière_Noire_Nord-Ouest_03
Rivière-Noire-Nord-Ouest 
Sources: Par Fralambert — Travail personnel, CC BY-SA 4.0

Mais le printemps, c’était une autre histoire…

Mon enfance est marqué de souvenirs printaniers liés à cette rivière. En fait, jusqu’à ce que le fond de la rivière soit creusé, les printemps étaient synonyme d’inondation pour une grande partie des habitants.

Je me rappelle des glaces immenses qui se fendaient pour se retrouver sur les terrains (c’est encore le cas d’ailleurs) mais surtout de l’eau qui montait et qui bloquait les rues et inondait les sous-sol.

IMG_0001
Sources: Collection personnelle
Quelques fois, l’eau montait tellement haut que l’autobus scolaire ne pouvait traverser le pont du village à la grande joie des enfants puisque l’école fermait.

IMG_0003
Sources: Collection personnelle
Je me rappelle être allée m’y promener à vélo, avec mon vélo CCM bleu, avec des amis juste pour le plaisir de traverser le pont rempli d’eau. Nous avions de l’eau jusqu’à mi-mollet, c’était froid mais on s’en fichait !

Plus récemment, mon père m’a remis une série de photos dont quelques unes ont été prises lors d’une des crues printanières qui avaient été particulièrement intense. Sans me rappeler la date exacte, cela devait être au début de années 90.

Peut-être que certains lecteurs pourront me donner l’année exacte.

IMG_0002
Sources: Collection personnelle

Plusieurs municipalités sont touchées chaque année par des crues printanières assez impressionnantes surtout quand le temps chaud arrive trop rapidement créant des embâcles pendant quelques jours, puis la rivière retrouve son nid et la vie suit son court.

La nature sait reprendre ses droits et nous rappeler qu’elle est beaucoup plus forte que nous.

 

Advertisements

4 réflexions sur “Comment une rivière peut changer le visage d’un village l’espace de quelques semaines ou les crues printanières à Sainte-Lucie-de-Beauregard dans les années 90

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s