10 choses qui m’énervent en généalogie

Faire de la généalogie est passionnant  mais quelques fois certaines choses m’irritent. Voici donc les 10 choses qui m’énervent le plus en généalogie.

À prendre avec un brin d’humour 😉

1 – Les clients qui remettent en question les ancêtres que j’ai retracé pour eux avec des documents à l’appui.

Il peut arriver que certaines personnes veulent à tout prix prouver une histoire en particulier dans leur généalogie et le fait de ne pas pouvoir le prouver ou au contraire de prouver hors de tout doute qu’ils sont dans l’erreur peut créer des petits conflits. Cependant, la plupart du temps, cela se termine bien lorsqu’on prend le temps d’en discuter.

2 – Les archivistes qui se plaignent des généalogistes

Comprenez-moi bien, je suis archiviste de formation. Je travaille dans le domaine depuis plus de 10 ans mais cela m’agace au plus haut point lorsque j’entends des collègues se plaindre que les généalogistes envahissent les centres d’archives. Personnellement, je trouve que les généalogistes font une belle publicité au centres d’archives. De plus, ce sont des personnes passionnées par leurs recherches. Alors c’est assez la condescendance !!

trample-784060_1920

3 – Les compagnies qui vendent des informations qui sont libres et gratuites.

La généalogie est devenue une business. Oui il y a des chercheurs qui vendent leurs services pour faire votre généalogie, dont moi. Mais je vends mon temps et non les documents que je trouve. La plupart des documents d’archives sont libres d’accès après plusieurs années mais certaines compagnies en ont fait une business en vendant des abonnements à des prix exorbitants pour pouvoir y avoir accès.

4 – Les généalogistes qui ne veulent pas partager leurs informations

Surtout ceux qui me répondent: – ben fait comme moi….cherche ! Oui mais tu l’as l’info…et elle est publique….alors fait un effort et je pourrai t’aider en retour un de ces quatre.

5 – Les généalogistes qui ne font que parler de généalogie

Il y a quand même autre chose dans la vie…

6 – Les gens qui me disent que de faire de la généalogie est facile en utilisant Google

Oui Google peut te donner certains indices mais ceux qui disent cela n’ont clairement pas essayer de retracer tous leurs ancêtres. Ils se seraient rapidement rendu compte que Google ne pourrait pas leur fournir toutes les informations qu’ils demandent.

7- Les personnes qui jugent un peu, beaucoup les généalogistes

Vous savez, ceux qui n’ont jamais essayé mais qui prétendent que c’est plate…on en connait tous et dans tous les domaines en fait et pas seulement en généalogie. Ne jugez pas ce que vous ne connaissez pas.

8 – Les généalogistes qui sont trop « by the book »

Il est quand même possible de faire sa propre généalogie sans avoir suivi 1000 heures de formations sur le sujet.

9 – Les généalogistes qui se la pète avec leurs ancêtres

On est une méchante gang à descendre de Charlemagne alors pas besoin d’en faire tout un plat et de prétendre au trône.

faerie-tale-1293845_1280

10- Ceux qui veulent faire leur généalogie pour se trouver des ancêtres autochtones à tout prix

Et la blague: Je vais pouvoir demander ma carte d’Indien !!

portraits-1233899_1920

 

Voilà ! J’espère que vous avez apprécié et que j’ai réussi à vous faire sourire cet avant-midi.

Vous qu’est-ce qui vous énervent le plus en généalogie ?

Advertisements

6 réflexions sur “10 choses qui m’énervent en généalogie

  1. Bonjour,

    Très drôle et si réaliste !
    Ce qui m’agace en généalogie c’est le coût exorbitant pour obtenir des documents « numérisés » (sans parler de la recherche) et le refus honteux des mairies de villes moyennes qui refusent d’envoyer les actes demandés, même si vous envoyez lettre timbrée pour le retour.

    Aimé par 1 personne

  2. Effectivement 10 très bon points, Ce qui m’agace moi aussi en généalogie, c’est les sites qui te font payer tout court, mais aussi pour des actes civile illisibles, parfois introuvable, parce que la base de donné est mal informatisées, parfois des nom ou prénom impossible qu’une personne aie pu le lire ou écrire de cette manière, possiblement fait par logiciel de reconnaissance de lettre. de plus certain de ces sites sont montés de manière a te faire dépenser. un autre chose c est de voir certaines personne faire leur généalogie et se contenter de copier ce qu’ils trouvent sans en vérifier les informations, les sources, ce qui se repends a une vitesse fulgurante sur le net, a tel points que ca devient presque de la désinformation (*_*). une chance qu’il y a des pro qui vont voir au fond des choses.

    Aimé par 1 personne

  3. Très juste (sourire)!

    Cela m’amène a quelques reflexions…

    Pour ma part, ce qui m’énerve également ce sont ceux qui ne jurent que par les sources. En dehors de l’état civil, des bms, chacun dans sa vie peut se demander ce qu’il y a effectivement comme informations exactes dans les diverses déclarations faites par eux-mêmes aux administrations, les CV, dans des jugements de tribunaux, etc..

    Comprendre l’histoire est complexe, d’autant que le cyclique grand ménage administratif ne laisse que de pauvres traces, on s’en rend bien compte en Alsace-Lorraine où les diverses administrations s’occupent de dresser un tableau très différent suivant que l’on est sous le régime allemand ou français!

    Bien sûr que les sources sont essentielles et on ne peut pas s’en passer mais recouper les informations n’est pas chose aisée, cela demande parfois d’aller chercher très loin l’information qui nous permet de comprendre ce qu’implique réellement les documents que l’on a depuis si lontemps sous les yeux. Rien est jamais simple en matière d’histoire familiale, sauf si l’on se contente d’une lecture littérale. Tout a la facheuse tendance à se compliquer dès que l’on cherche réellement à articuler les infos dans le temps, le contexte et la vie de la cité. Il ne faut pas prendre pour argent content tout ce que l’on peut lire. Toute information, même non-sourcée est importante.

    La généalogie reste, avant tout, pour moi une gestion du doute et de l’humilité. Ce n’est jamais réellement un travail solitaire, car que cela soit physiquement ou virtuellement, on a besoin de se rapprocher des autres. Il ne faut pas avoir peur de se tromper et de présenter son travail à la communauté, de s’exposer dans l’espoir que nos trouvailles puissent être détruites par des éléments nouveaux qui en changent l’interprétation initiale.

    Il faut passer nos infos au feu nourri d’éventuels contradicteurs.. c’est le prix à payer pour s’approcher toujours un peu plus de l’insaisissable vérité historique. Tout travail de recherches, répond à cette règle. C’est là, qu’apparait également un autre point énervant: la lâcheté humaine, la crainte du conflit peut nuire également à la qualité de ce qui est exposé. Personne n’aime être le destructeur et il en faut. Quand j’écris, j’essaye de penser à ce que l’on peut m’objecter en gardant quelques arguments pour une éventuelle joute verbale.

    Aimé par 1 personne

  4. Ce qui m’énerve ce sont les personnes qui inscrivent n’importe quoi. Ex: né en 1600 quand la personne est en 1800, où ceux qui s’obstinent quand on leur donne la preuve du baptême ou du mariage.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s